a NigerPresse.com – Signature de convention de financement du Programme d’Appui Budgétaire de la Banque Mondiale

Signature de convention de financement du Programme d’Appui Budgétaire de la Banque Mondiale

 

La Banque Mondiale accorde au Niger environ 60 milliards de FCFA d’Appui Budgétaire au titre de l’année budgétaire 2017

​​​​​​​​Une cérémonie de signature de convention de financement du Programme d’Appui Budgétaire de la Banque Mondiale au Niger s’est déroulée ce matin au Ministère du Plan. Cette cérémonie présidée par la Ministre du Plan Aichatou Kané Boulama en présence du Ministre des Finances, Hassoumi Massaoudou et du Représentant résident de la Banque Mondiale au Niger, M. Siaka Bakayoko a été couronnée par la signature de la convention de financement par laquelle, la Banque mondiale a mis à la disposition de notre pays un appui budgétaire d’un montant de 120 millions de dollars, soit environ 60 milliards de FCFA au titre de l’année budgétaire 2017.

Cet appui, comme l’a rappelé la Ministre Aichatou Kané Boulama se reparti en don pour 30 milliards et 30 milliards sous forme de crédit, et il permettra, à n’en point douter, à notre pays de renforcer sa capacité de financement de ses besoins dans le cadre de son développement économique et social.

La Ministre du Plan a vivement remercié  » au nom de SEM le Président de la République, les vifs remerciements du Niger au Groupe de la Banque mondiale pour ses efforts et engagements multiformes à soutenir l’économie de notre pays.
Je saisis aussi cette occasion, pour féliciter l’équipe de la Banque mondiale, ainsi que celle du Niger, pour avoir mené à bien ce dossier qui, selon les échos qui nous sont revenus, n’a rencontré aucune objection lors de sa présentation devant le Conseil d’Administration de la Banque mondiale du fait de la qualité de sa préparation et de la robustesse des réformes qui y sont adossées. Cela est un véritable motif de satisfaction pour le Gouvernement nigérien ».

Poursuivant son allocution, la Ministre du Plan a souligné  » que c’est pour la première fois que la Banque mondiale accorde à notre pays un soutien budgétaire d’un tel niveau et que cet appui est la première tranche d’une série d’un programme d’appui budgétaire de 300 millions de dollars, soit 160 milliards FCFA pour les années 2017-2019.

La Ministre n’a pas manqué d’attirer l’attention des uns et des autres que  » cela n’est pas le fruit du hasard. En effet, cette décision fait suite aux négociations conclues le 17 octobre 2017 à Washington en marge des Assemblées Annuelles. Ces négociations se sont déroulées en plusieurs étapes et ont été une véritable plateforme de dialogue avec la Banque mondiale sur les réformes clés à mettre en œuvre.

Ces négociations ont également pris en compte les performances enregistrées par notre économie au cours des cinq dernières années avec un taux de croissance annuel moyen de 6,7%, en dépit de multiples chocs internes et externes.

Ce taux est proche du niveau de 7%, jugé nécessaire pour permettre un essor réel de l’économie nigérienne et réduire significativement le niveau de pauvreté.
Je puis vous assurer que les réformes réalisées ont permis d’obtenir des résultats positifs extrêmement importants dans des secteurs qui sont de véritables inducteurs d’une croissance forte et inclusive.»

S’agissant des réformes entreprises par le Gouvernement, la Ministre a rappelé  » qu’au niveau du secteur de l’Agriculture, le Gouvernement a adopté une e-plateforme des producteurs et institué son utilisation. Ce dispositif permettra de rationaliser la distribution par voie électronique des intrants agricoles et facilitera à terme le ciblage dans l’octroi des subventions et la délivrance de services de conseils agricoles aux producteurs.

L’objectif ultime de cette mesure est d’améliorer la productivité agricole par l’augmentation des terres cultivées couvertes par les semences sélectionnées, et celle du taux d’utilisation d’engrais.

Dans le secteur de l’Energie, les différentes mesures mises en œuvre par le Gouvernement ont permis l’ouverture de ce secteur à la concurrence et une amélioration de la situation financière de la NIGELEC, afin de lui permettre de financer le programme d’investissement du Gouvernement visant à satisfaire la demande d’énergie du pays.

En matière de Technologies de l’Information et de la Communication, le Gouvernement a pris des mesures destinées à créer un environnement favorable à l’éclosion d’une économie numérique nationale inclusive et compétitive.

La création de l’Agence Nationale pour la Société de l’Information (ANSI) participe de la détermination du Gouvernement de réduire de façon significative la fracture numérique qui existe entre nos villes et nos villages, où vivent plus de 80% de notre population.

Nous sommes convaincus que cela est un facteur de transformation qui créera d’importantes opportunités de nouvelles richesses et d’emplois, notamment pour la jeunesse de notre pays.

Pour les Finances Publiques, d’importantes mesures ont été prises par le Gouvernement pour améliorer la mobilisation des recettes fiscales et l’efficacité de la dépense publique tout en maintenant la dette à un niveau soutenable.
Tel est le sens des amendements apportés au code des investissements, l’élargissement du périmètre de la TVA et la loi sur le crédit-bail ».

La Ministre du Plan s’est dite  » convaincue que la crédibilité des réformes réalisées a beaucoup pesé sur la décision des instances délibérantes de la Banque mondiale d’accorder à notre pays cet important appui budgétaire. C’est la parfaite illustration de la qualité de notre partenariat avec la Banque mondiale.

C’est cette même crédibilité des politiques et réformes réalisées et de la Bonne Gouvernance imprégnée à notre pays depuis 2011, sous l’égide de SEM Issoufou Mahamadou, Président de la République du Niger, qui ont amené la Banque mondiale à revoir à la hausse dans une proportion importante l’enveloppe d’allocation des ressources IDA18 à notre pays à un niveau de 1,2 milliards de dollars pour les années 2018-2020.

Pour l’utilisation de ces ressources, le cadre de partenariat qui décline les axes d’intervention de la Banque mondiale dans notre pays est en cours de préparation dans une démarche interactive avec le Gouvernement nigérien, le secteur privé et la société civile. »

En conclusion a réaffirmé  » que les réformes adossées au programme d’Appui Budgétaire de la Banque mondiale s’inscrivent en droite ligne des …read more

Source:: TamTamInfo